Portrait Loan et Fabrice 20.jpg

Loan et Fabrice

Le sentiment d’être différents a marqué nos enfances et nous a accompagnés tout au long de nos parcours respectifs. Une profonde quête de sens et d’absolu nous animait. Loan se souvenait de ses vies antérieures et explorais un monde fait de volutes colorées, d’êtres magiques et d’animaux bavards. Fabrice, lui, expérimentait les voyages astraux, les phénomènes de prémonition et les prémisses de sa médiumnité. Nos deux familles furent touchées par la maladie, puis le handicap. La maladie mentale : la schizophrénie, côté famille de Loan, et la maladie génétique : la myopathie de Steinert, côté famille de Fabrice.

Étonnamment, nous fûmes tous les deux épargnés. Grandir dans un contexte où la maladie était non seulement très présente, mais aussi inéluctable, a profondément marqué nos caractères et nos choix de vie. Nous avons développé des mécanismes de survie, dont le développement de nos capacités dites « extrasensorielles » fait partie. Nous avons oscillé entre nous positionner en sauveur et fuir loin de la tragédie familiale. Loan a participé à différentes missions à vocations humanitaires et de protection de la Nature, tout en se passionnant pour la peinture et la sculpture dans un élan de transformer le grossier, le douloureux, en beauté libératrice. Elle fit des études de biologie animale, qu’elle arrêta consciemment car celles-ci la dirigeaient vers la vivisection et la science-business, contraires à ses convictions. Elle retourna à ses élans artistiques et eut une première carrière de maquilleuse dans la mode et la publicité sur Paris et à l’international. Cela lui apporta beaucoup de liberté et lui permit de voyager à travers le monde, notamment en Asie, ainsi que d’explorer sa médiumnité : communication avec les défunts et entités diverses, tarots, etc… Quant à Fabrice, il explora les états modifiés de conscience, en nomade de paradis artificiels. Il poussa les limites et joua avec la Vie. Il fut adepte des sensations fortes provoquées par la vitesse notamment. Aussi, il développa son sens de l’observation et s’adapta pour répondre aux attentes de son entourage jusqu’à devenir un véritable caméléon. Il prit le costume de banquier d’affaires et suivit la voie de la réussite sociale pour gagner en reconnaissance, qui lui apparut finalement comme vide de sens.

A l’âge de 27 ans, nous fûmes bousculés par la Vie. Et alors que nous nous n’étions pas encore rencontrés, nous avons tous deux changé de direction suite à une expérience d’éveil. Loan l’a vécue en Birmanie, face au grand stupa de la pagode Shwedagon à Yangon. Soudainement, elle fut projetée dans la Cosmos et disparut pour ne faire qu’UN avec le TOUT. Elle sut alors qu’elle avait atteint le point final de toute existence, sans faim, ni soif, ni sommeil… Le retour dans son corps physique fut trop brutal et entraîna un disjonctage manifesté par une perte totale de tension musculaire. Elle dut être alitée et nourrie à la petite cuillère le temps de retrouver l’usage de son corps. A partir de cette expérience radicale, sa vie se transforma et se tourna vers l’aide à autrui à travers les soins énergétiques, puis vers la transmission sous la forme de stages et de livres. Fabrice eut son expérience d’éveil lors d’une retraite de méditation Vipassana. Il pensa d’abord qu’il devenait fou. Sa structure interne vola en éclats et une immense paix joyeuse s’installa. Il décida alors d’arrêter son métier, de monter une société de vente de produits bio sur internet (1999), de quitter Paris pour le Sud, et de faire du trapèze volant et du trampoline avec une troupe de cirque. Mais la Vie lui réservait encore quelques surprises… Il se cassa le pied lors d’un accident de trampoline, dut tout arrêter et se soigner. Il se mit à se former à différentes techniques de soins énergétiques, à la respiration consciente, la PNL, les méthodes quantiques, l’hypnose, la thérapie brève, systémique et stratégique… Après un temps d’apprentissage, il devint psychothérapeute et formateur en systémique en binôme avec Teresa Garcia Rivera (créatrice des deux écoles : CIRCE et IGB). Parallèlement, il suivit la voie soufie pendant plus de 15 ans.

Notre rencontre fut une évidence, un cadeau de la Vie, le début d’une grande aventure à deux. Nos cœurs s'épanouissent, tels des fleurs arrosées par l’Amour et la Bienveillance réciproque. La relation amoureuse nous amène à explorer d’autres thématiques et à développer de nouveaux outils. Toujours animés par notre quête de sens et d’absolu, nous transmettons joyeusement ensemble à travers des stages que nous créons.